Picard Joré Actualité

Un décret et un arrêté du 28 décembre viennent de préciser les exigences de performance énergétique applicables aux bâtiments tertiaires qui n’étaient pas encore soumis à la RT 2012.

Les textes réglementaires déjà publiés (notamment un décret et un arrêté du 26 octobre 2010) décrivent les exigences de la RT 2012 :

  • d’une part pour les bâtiments neufs à usage de bureaux ou d’enseignement, les établissements d’accueil de la petite enfance qui doivent se soumettre à la RT 2012 depuis le 28 octobre 2011 ;
  • d’autre part portant sur les logements pour lesquels la RT 2012 s’applique à partir du 1er janvier 2013 (date du dépôt de permis de construire).

Bâtiments tertiaires autres que les bureaux, locaux d’enseignement ou dédiés à la petite enfance

Mais pour que la nouvelle réglementation thermique s’applique à tous les bâtiments neufs, il manquait encore les textes réglementaires précisant les niveaux de performance énergétique exigés pour les hôtels, les restaurants, les commerces, les bâtiments universitaires d’enseignement et de recherche, les gymnases et salles de sports, les établissements de santé, y compris les résidences pour personnes âgées, les aérogares, les tribunaux…

C’est chose faite avec la publication in extremis, au JO du 30 décembre 2012, du décret n° 2012-1530 du 28 décembre 2012, complété par un arrêté publié au JO du 1er janvier.
Le décret impose l’application de la RT 2012 à ces nouvelles familles de bâtiments dès le 1er janvier 2013, tandis que l’arrêté précise les niveaux de performance exigés pour chaque type de bâtiment.

Besoin bioclimatique : une valeur par type de bâtiment

Rappelons que la RT 2012 impose une efficacité énergétique du bâti, exprimée par le besoin bioclimatique Bbiomax. Cet indicateur, exprimé en nombre de points, rend compte de la qualité de la conception et de l’isolation du bâtiment, indépendamment du système de chauffage, et valorise la conception bioclimatique.

Le nouvel arrêté indique pour chaque famille de bâtiments le niveau du Bbiomax à ne pas dépasser.

Consommation d’énergie modulée

Une autre exigence porte sur la consommation maximale d’énergie primaire Cepmax de 50 kWh/m².an en moyenne pour les cinq usages de chauffage, eau chaude sanitaire, éclairage, refroidissement et auxiliaires (ventilateurs, pompes). Cette valeur est modulée entre autres en fonction de la zone climatique et de l’altitude, mais surtout en fonction de l’usage du bâtiment. Ainsi, pour un coefficient 1 correspondant à un bâtiment de logements, un restaurant servant en continu sept jours sur sept se verra appliquer un coefficient de modulation de 6,8. Sa consommation maximale sera donc de 340 kWh/m².an. Un bâtiment abritant des activités industrielles et artisanales pourra quant à lui consommer 350 kWh/m².an. Un hôtel 1 étoile sera limité à 100 kWh/m².an dans sa partie nuit tandis qu’un 2 étoiles pourra aller jusqu’ à 130 kWh/m².an, un 3 étoiles à 110 et un 4 étoiles à 105 kWh/m².an.

Tenir compte de la surface

Comme pour les maisons individuelles, un coefficient de modulation selon la surface du bâtiment est FOCUS
La RT 2012 ne s’applique pas tout à fait à TOUS les bâtiments
Elle ne s'applique pas :

  • aux constructions provisoires prévues pour une durée d'utilisation de moins de deux ans ;
  • aux bâtiments et parties de bâtiment dont la température normale d'utilisation est inférieure ou égale à 12 °C ;
  • aux bâtiments ou parties de bâtiment destinés à rester ouverts sur l'extérieur en fonctionnement habituel;
  • aux bâtiments ou parties de bâtiment qui, en raison de contraintes spécifiques liées à leur usage, doivent garantir des conditions particulières de température, d'hygrométrie ou de qualité de l'air, et nécessitant de ce fait des règles particulières ;
  • aux bâtiments ou parties de bâtiment chauffés ou refroidis pour un usage dédié à un procédé industriel ;
  • aux bâtiments agricoles ou d'élevage ;
  • aux bâtiments servant de lieux de culte et utilisés pour des activités religieuses ;
  • aux bâtiments situés dans les départements d'outre-mer.

Isabelle Duffaure-Gallais | Source LE MONITEUR.FR

La maison passive est une maison à très faible consommation énergétique

article122010Elle offre toute l'année - contrairement à une maison de construction conventionnelle - une température ambiante agréable sans l'application conventionnelle d'un chauffage.
Ce bâtiment pratiquement autonome pour ses besoins en chauffage, se contente des apports solaires, des apports métaboliques (habitants, machines) et d'une bonne isolation, ce qui relègue le rôle du chauffage à un simple appoint.
Habitat Durable

C'est la maison de demain.
La maison passive met en application les principes du bioclimatisme (lire pages 8 et 9) et réduit ainsi au maximum les pertes de chaleur et maximise les gains de chaleur.
Son coût est estimé entre 5 et 15% de plus qu'une maison traditionnelle et l'investissement est amorti au bout d'une trentaine d'années. Elle réduit environ 85 % des dépenses en énergie de chauffage par rapport à une maison traditionnelle.

PAROLE D'EXPERTarticle-maison-passive
Entretien avec Williams Joré,
technicien thermique du bâtiment

Williams Joré: Le concept de maison passive comme nous l'entendons le plus souvent est un concept allemand. Le label « Passivhaus », créé en 1996 définit les exigences suivantes : un besoin de chauffage inférieur ou égal ô 15 kWh/m2; une consommation globale du bâtiment inférieur ou égal ô 120 kWh/m2 (appareils domestiques inclus); une surveillance du taux de confort (supérieur ô 90 %) et aussi une étanchéité ô l'air maîtrisée (4 fois plus exigent que la Maison BBC Effinergie).
Cette maison adopte les règles du bioclimatisme (orientation, agencement des pièces en fonction de leurs usages, qualité et performance des matériaux) et intègre un système de chauffage adapté ayant recours le plus souvent aux énergies renouvelables.

Pas ou peu de chauffage, cela peut faire peur, surtout au niveau du confort ? Est-ce que ces craintes sont justifiées ?

Cette peur est légitime, mais injustifiée. Elle est liée au fait que nous associons le confort à la température du logement (" il y a 24°, il fait donc chaud chez nous "). Le confort est excellent dans une maison passive. Cela s'explique en partie par la très bonne qualité de l'air intérieur. Dans une maison passive, fini la sensation de froid ou d'humidité l'hiver. En été, l'air ambiant permet la réduction des consommations d'énergie en limitant l'usage de climatiseur ou autre système de rafraîchissement. La température est homogène entre les différentes surfaces d'une pièce (sol/mur/ plafond/fenêtres/air ambiant). Le niveau de confort thermique d'une maison passive est très souvent supérieur à une construction traditionnelle.

A ce jour, combien de maisons de ce type ont été recensées en France ?

WJ : La maison passive est arrivée depuis peu en France. Non réglementé dans notre pays, elle résulte souvent d'une démarche volontaire du propriétaire. En France, seulement 6 projets ont été labélisés à ce jour et pour cause, les Incitations fiscales du moment sont directement liées à la labellisation BBC Effinergie, notre label français. L'intérêt pour ce type de construction ne cesse cependant de croître et devrait s'affirmer rapidement.

Existe-t-il une législation permettant de certifier que ces maisons sont passives ?

W.J : Oui. Il est possible de faire labelliser en France une maison au standard passif. L'association « La maison Passive Fronce » milite d'ailleurs pour que celle-ci soit reconnue et donc aidée.

Comment faire, tant sur le plan de la réalisation que de la conception, pour qu'une habitation devienne passive?

W.J : Notre expérience dans ce domaine nous a permis de vérifier que la conception reste vraiment le point crucial. Dès l'origine du projet, un travail collaboratif entre le maître d'ouvrage et les concepteurs (bureau d'étude thermique - architecte-maître d'oeuvre ... ) doit garantir sa réussite et assurer sa cohérence. Chaque sujet débattu, chaque point singulier traité permet l'optimisation de la performance thermique mais aussi la réduction des coûts.
Sur le chantier, les artisans doivent utiliser des matériaux performants et la mise en oeuvre est aussi importante pour une réalisation de qualité. Un test d'étanchéité à l'air permet, en fin de travaux, de valider les performances thermiques du projet.
Au terme de la construction, les occupants doivent également adopter un comportement éco-responsable. Ce sont eux, en fait, les pilotes, qui détiennent les clefs de la performance.


Une maison passive coûte-t-elle plus chère qu'une maison traditionnelle?

W.J : Il est vrai qu'une construction de maison passive entraîne un surcoût de 10 à 25% pour une maison individuelle. Une somme compensée sur le long terme grâce aux économies d'énergies réalisées à l'intérieur du bâtiment. On le sait, l'augmentation inéluctable du coût des énergies va rendre ses projets incontournables. Alors, commençons dès aujourd'hui et n'oublions pas que nous construisons à cet instant le parc immobilier des cinquante prochaines années!

 

 

En Vendée, il reste encore du chemin à faire pour réduire la consommation énergétique des logements.

Entretien
Williams Joré,
du bureau d'études Picard-Joré, à Château-d'Olonne.

La Vendée est-elle dans la course pour arriver, d'ici 2020, à une performance énergétique vraiment écologique de son parc immobilier ancien et nouveau?
Il n'y a pas si longtemps, il y avait encore 60 % des logements qui n'avaient jamais fait l'objet d'un contrôle thermique en Vendée. Et dans le total, il y en a qui sont hors cadre réglementaire. On part de loin.

Lire la suite...

Williams JORE, est gérant du cabinet d'études thermiques Picard-Joré, spécialisé depuis 20 ans dans la thermique du logement (individuel et collectif) au Château-d'Olonne. Il nous explique les grandes lignes de la RT 2005.

Lire la suite...

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) devrait être rendu plus contraignant par la RT 2012, présentée au Sénat en janvier dernier. Bâtiments tertiaires, labels, attestations de performance énergétique, chauffage collectif, DPE tertiaire. Quelles sont les nouvelles contraintes apportées par la RT 2012 ?

Lire la suite...

actu1miniEn 2005, la loi de finances créait un crédit d'impôt relatif au développement durable et aux économie. d'énergie. Cette mesure, modifiée par la loi de finances 2009, cible désormais les équipements les plus performants au plan énergétique et ceux utilisant les énergies renouvelables. " Maisons de Vendée " rencontré Williams Joré, du Cabinet d'Etudes Thermiques Picard-Joré pour en savoir plus.

LOGO

Picard - Joré

51, RUE DES NOUETTES
85180 LE CHATEAU D'OLONNE02 51 32 67 9802 51 32 01 80

51, RUE DES NOUETTES

85180 LE CHATEAU D'OLONNE

tel02 51 32 67 98

fax02 51 32 01 80

icon-email contact@picard-jore.fr